jeune femme méditant les mains en prière

Débarrassez-vous de vos fausses croyances

Cet article est un complément d’information concernant l’exercice de développement personnel proposé pour le mois de mars (Le nettoyage – Je me débarrasse de mes fausses croyances) dans notre jeu de cartes d’affirmations positives.

 

« Nous sommes ce que nous pensons

Avec nos pensées, nous bâtissons le monde. »

Bouddha

Ah les pensées !

Ces « de toute façon j’suis nulle », « j’y arriverai jamais », « ça sert à rien »… qu’ on traîne avec nous et qui finissent par avoir des échos de vieux disque rayé…

Au printemps, certaines font un grand ménage et trient les armoires d’une main sévère, luttant contre l’accumulation d’un amas de choses envahissantes.

Et si on faisait pareil, mais avec tous les trucs débiles auxquels on a fini par croire dur comme fer mais qui nous empêchent d’avancer et de rêver ?

Alors voilà, c’est le moment de prendre un grand sac poubelle (minimum 50 litres), bien étanche, épais et opaque, et balancez-y tout ce qui ressemble à des :

  • Je dérange les gens quand je demande de l’aide ou un conseil
  • Je ne saurai jamais parler en public
  • J’ai toujours été nulle en math
  • Je ne mérite pas une augmentation de salaire
  • Ce que j’ai à dire n’est pas intéressant
  • Je n’arrive jamais à finir ce que j’entreprends
  • J’suis moche

Bon mais avant de leur dire bye bye, on va quand même prendre une minute, ici et maintenant pour comprendre d’où elles viennent, ces croyances plus que fausses.

Histoire de ne pas tomber dans le panneau et d’en recréer de nouvelles, au fur et à mesure qu’on se débarrasse des autres. Vous voyez sinon la cata en perspective ?

On distingue deux grandes provenances principales de nos fausses croyances : celles que nous tirons en conclusion des expériences qui nous ont marquées de manière ponctuelle ou répétitive – un proche qui n’a jamais de temps à nous consacrer et que l’on traduit par « de toute façon, je n’intéresse personne », ou celles héritées de nos cultures, nos familles, notre milieu – « les femmes ne doivent pas faire de bruit quand elles éternuent ». Si, si, on l’a entendu celle-là…

 Les croyances limitantes peuvent-être associées à :

  • un sentiment de désespoir, lorsque nous avons la sensation que tout nous échappe et que nous subissons les évènements
  • un sentiment d’impuissance, lorsque nous doutons de notre capacité à réussir un projet
  • l’absence de valeur et le sentiment d’infériorité qui font que nous nous sommes convaincues que quelque chose cloche dans notre manière d’être

Un point commun cependant à toutes les croyances limitantes : une forte tendance à nous gâcher la vie, pro ou perso, à briser nos rêves et à nous freiner dans notre élan de créer.

Notre imagination peut nous faire vivre dans un sacré monde parallèle si on la laisse faire n’importe quoi.

La bonne nouvelle dans tout ça est que notre cerveau ne sait pas faire la différence entre pensée, virtuel et réalité.

Besoin d’une preuve ?

On a toutes mis les mains devant les yeux lors d’une scène flippante dans un film d’action, un thriller ou un film d’horreur. Et pourtant, ça se passait à l’écran et pas dans notre salon.

Plus simple à dire qu’à faire, se débarrasser de ses fausses croyances demande une bonne dose de courage et de sincérité car après tout, elles ont bon dos pour nous permettre d’éviter une remise en cause trop profonde.

Et vous ? Aurez-vous le courage de regarder à l’intérieur ?

Comme disait Napoleon Hill, auteur américain à succès de livres de développement personnel : « il ne suffit pas de penser, il faut aussi croire » [que l’on peut changer].

Car « Tout ce que l’esprit peut concevoir et croire, il peut le concrétiser. »

Voilà, on vous livre le plan d’attaque :

1. Identifier les fausses croyances

La plupart du temps, nous ne sommes pas conscientes de nos idées toutes faites et pour les identifier, il va falloir vous glisser dans la peau d’un détective.

Soyez attentive à vos pensées.

Quelle histoire vous racontez-vous ? Que pensez-vous du fait de dire non franchement et sans donner de justifications, de partager votre avis, faire un compliment, demander de l’aide, ne pas faire le ménage intégrale de l’appartement ce soir ?

Soyez attentive à vos émotions.

Derrière la colère, la peur, le découragement peuvent se cacher vos croyances limitantes.

Soyez également attentive à vos comportements.

Vous êtes du genre à tout faire à la place des autres ?

Vous pensez peut-être que on n’est bien servi que par soi-même.

Vous n’arrivez pas à regarder vos interlocuteurs dans les yeux ?

Vous pensez peut-être que ce que vous dites n’intéresse pas les gens.

Ouvrez grand les yeux et notez toutes vos fausses croyances dans un carnet, prêt à être brûlé sur le grand bûcher.

2. Utilisez les affirmations positives

Pour reformuler vos croyances limitantes à la sauce positive et enthousiaste, rien de tel que ces jolies phrases appelées affirmations positives.

Choisissez bien les vôtres parce qu’il faut qu’elles vous plaisent et qu’elles sonnent juste avec vous-même.

Dans des moments de calme que vous aurez soin d’intercaler dans votre emploi du temps, répétez-vous doucement et avec conviction ces affirmations positives.

Peu à peu, elles remplaceront vos idées fausses.

Pour savoir d’où viennent les affirmations positives et comment les utiliser, c’est par ici.

3. Faites semblant

Incarnez les changements qui sont nécessaires pour vous dans vos actions. Les anglais ont une jolie expression à ce sujet, le fameux « fake it till you make it », ou « faites comme si, jusqu’à ce que ça marche.

Dans son livre à succès « The Success Principles », Jack Canfield en donne un bel exemple : si vous voulez devenir le boss, comportez-vous comme un boss : arrivez à l’heure, soignez votre tenue, soyez au courant de tout et à jour dans vos dossiers.

4. Hypnose et PNL

Besoin d’un coup de pouce pour vous défaire de vos fausses croyances ?

Rien de mal à ça, puisque des outils très efficaces existent.

C’est le cas de l’hypnose ericksonienne, souvent proposée lors de séance de sophrologie.

Une fois un état de calme profond atteint, le praticien aide son patient à accéder à des ressources inconscientes et à réécrire, pas à pas, une suite de l’histoire plus positive.

Et vous, avez-vous des fausses croyances ?

 

La pratique quotidienne du yoga peut aider à se débarrasser de nos peurs et de nos angoisses, avez-vous déjà tenté de dérouler votre tapis tous les jours ?

La marche méditative quant à elle, nous évite de tourner en rond. Une bonne alternative quand nous n'avons pas envie de faire du yoga !

Découvrez l’exercice de yoga proposé pour le mois d'avril : la salutation au soleil !

Découvrez ici nos tenues de yoga écoresponsables fabriquées en France à partir de matériaux recyclés parfaitement adaptées à la pratique de tous types de yoga ! 

Et pour ne rien manquer des actualités de Géopélie, inscrivez-vous à notre newsletter ici en bas de page 👇 ou ici, nous n'en envoyons que deux maximums par mois !

 

Crédit photo : 

  • Stephanie Greene

 

Sources :

 


Laissez-nous un commentaire !

Les commentaires seront approuvés avant d'être affichés.